Attention. Ceci est un avertissement à tous les amoureux de Molière, Albert Camus et Victor Hugo. Je vous informe que la langue française est sur le point de subir une barbarie digne d’un bagne nord-coréen. Je vous invite donc à ne pas lire ce qui suit, à moins que vous soyez un anglophone convaincu qui souhaite en finir avec la francophonie. Voici les pires phrases des joueurs de foot !

Lincker, Fernandez et Beckham…

Bon, accordons-nous sur le point suivant : aucune citation de Franck Ribéry ne figurera sur cet article. Nous préférons aborder ce cas spécial dans un article dédié, sous forme de chapitres, en plusieurs tomes…  Bon, j’aime beaucoup ce sport, là n’est pas la question. Reconnaissons tout de même que nos joueurs ne tapent pas que dans le ballon. Ils tapent aussi dans la grammaire et la conjugaison. C’est parti !

Vainqueur de la catégorie « philosophie » : Gary Lincker, pour ce chef d’œuvre : « Y a pas de milieu. Ou tu es bon, ou tu es mauvais. Nous ? On a été moyens ». Pourtant, l’Allemand avait de la concurrence. Jugez par vous-même. Louis Fernandez : « En compétition, vous savez, il y a toujours un premier et un dernier. L’important, c’est de ne pas être second soi-même ». Ok. David Beckham : « Mes parents ont toujours été là pour moi… depuis que j’ai 7 ans ». Donc le jour de ses 7 ans, les parents de David ont débarqué : « Salut, c’est nous, papa et maman, enchantés ».

Dans la catégorie « mathématiques », Roland Wohlfahrt est imbattable. En plus d’avoir un nom imprononçable par le commun des mortels, Roland, car c’est son vrai prénom, a dit ça : « Un but en deux occasions, c’est ce que j’appelle faire du 100% ». Et non ! Malheureusement, ça ne fait pas 100%. De tête, comme ça, on dirait 64%. Allez, on peut arrondir à 65%. Roland et les maths, ça fait trois…

Ruud Gullit n’a pas non plus fait sport-études : « On a maîtrisé le match à 99%, malheureusement, ce sont les 3% restants qui nous ont été fatals ».

Dans la catégorie « j’utilise un mot trop compliqué dont je ne comprends pas le sens », Mamadou Sakho réussit un tacle glissé de premier choix « La football est un éternel reprouvement ». Ce mot ne veut rien dire, comme ta coupe, Mamadou !

La suite au prochain épisode, et comme le dit si bien Bacary Sagna, gardez « les épaules sur la tête ! »