Non, le foodporn n’est pas un aphrodisiaque ou une nouvelle pratique érotique. Il désigne surtout une habitude très présente dans le quotidien de bon nombre d’utilisateurs de smartphone et amoureux des réseaux sociaux. Bon, on arrête avec le suspense ! On vous dit tout…

Alors, le foodporn, c’est quoi ?

Le foodporn est tout simplement une représentation visuelle esthétique d’assiettes qui suscitent le désir de manger. Les représentations visuelles peuvent être sous forme de photos ou de vidéos, bien que le premier média soit le plus récurrent. Le phénomène a pris tellement d’ampleur que de plus en plus de personnes tiennent à photographier leurs plats avant de manger, pour ensuite les poster sur les réseaux sociaux tels que Twitter et Instagram.

Autrement dit, le foodporn consiste à faire saliver vos amis et vos proches en partageant des photos de plats à l’esthétique scandaleusement séduisante.

Pourquoi le foodporn connait-il autant de succès ?

Avec 25 millions d’adeptes sur Twitter et Instagram, on peut clairement parler de succès. L’expression «food pornography » est née en 1984 sous la plume de Rosalind Coward, auteur et journaliste américaine. D’après elle, « ces images ont pour effet de provoquer un sentiment de plaisir interdit rappelant une autre forme de plaisir tout aussi plaisant mais culpabilisant : la pornographie ». Et dans les années 1990, l’expression « food pornography » faisait référence à la manière très esthétique et sensuelle avec laquelle les aliments étaient montrés dans les spots publicitaires. Aujourd’hui, à l’ère du smartphone, le succès du foodporn s’explique par l’intérêt qu’il suscite chez les nombreux foodies sur les réseaux sociaux, mais aussi les restaurants, qui y voient un bon tuyau de webmarketing. Pour preuve, le restaurant londonien the « Picture House » permet à ses clients de payer leur repas avec une simple photo publiée sur Instagram : un bon plan pour manger gratuitement, c’est le moins qu’on puisse dire !